Truite Paradise

Dans la vie, il y a des mots magiques. Genre « soldes » pour les accros du shopping, ou « Milan » pour les amoureux du design. Eh bien chez les pêcheurs, le mot magique, c’est Goumois. Un petit village du canton de Maîche qui compte moins de 200 habitants mais qui jouit d’un précieux trésor : les eaux du Doubs.

pêche Goumois

-> A la frontière franco-suisse

La rivière marque ici la frontière avec la Suisse. Et plus précisément la ligne médiane qui traverse son lit. Ça ce passe donc juste au milieu, entre cailloux, îlets et bancs de sables. Vu de la surface, la frontière, c’est plutôt une question de ponts. Comme celui qui enjambe la rivière à Goumois. Un haut-lieu de vie et d’animation du village. Motos, vélos, voitures, piétons : ça n’arrête pas !

La circulation, l’agitation, les douaniers, les barrières, les contrôles et les drapeaux, tout ça doit bien faire rigoler les truites ! Pour elles, l’essentiel c’est de pouvoir nager tranquilles, de gober une mouche ou deux et poursuivre la balade avec les copines. Et à ce moment-là de l’histoire, rive droite, rive gauche, France, Suisse, drapeau tricolore ou croix blanche sur fond rouge, c’est du pareil au même : elles se dandinent des écailles, se tortillent les arrêtes et frétillent des nageoires avec le même bonheur et la même insouciance. Bon d’accord, c’est peut-être un peu réducteur comme vision de la vie des truites… Il n’empêche : éclosions, courants, profondeurs et températures des eaux se moquent bien des frontières et n’obéissent qu’aux lois divines de Dame Nature. Laquelle n’a pas de passeport, c’est bien connu.

Bon, vous l’aurez compris, vu d’un côté ou de l’autre de la rivière, Goumois, c’est vraiment le paradis de la truite. Et par voie de conséquence, celui des pêcheurs !

pêche Goumois

-> Un terrain de jeu idéal pour la pêche

Grand beau, c’est le printemps, pas d’école : le jour rêvé pour partir à leur rencontre. Cap sur la Franco-Suisse : du barrage du Refrain au Moulin Jeannottat, 27 km de rivière, 54 km de rives et des spots de pêche mythiques comme le Theusseret, le Moulin du Plain ou encore le Pré Bourassin. Bottes, casquettes, gilets multi-poches contenant 557 accessoires, genre boites, mouches, nymphes, fils, pinces et autres ciseaux : tel est le dress code du moucheur. Et ils sont ici des milliers chaque année, hameçonnés au cœur et au corps par la célèbre Franco-Suisse. En voilà quelques-uns justement, postés sur les rives, à l’affut. Pas question de mettre un pied dans l’eau pour l’instant : il faut laisser frayer en paix les ombres qui se partagent le territoire avec nos chères truites. Dès le 1er juin, les moucheurs troqueront les bottes contre des Waders pour entrer les eaux vives de la rivière. Autant dire un pas de plus vers leur Graal halieutique.

pêche à Goumois

-> La pêche, loisir de passion

En solo, entre copains, copines, en couple, avec les enfants, avec son chien, vieux, jeunes, en gros 4×4 ou en mobylette, il n’y a pas vraiment de profil type. Juste une question de passion.  Nos pêcheurs arpentent les sentiers le long du cours d’eau avant de se poser, ici ou là, selon la configuration de la rivière, un signe de gobage, un creux entre deux rochers ou un courant particulier. Vu de loin, le geste élégant des moucheurs reste pour moi un grand mystère. Et un monument de technicité. C’est fascinant et je ne me lasse pas de les regarder. Tout est calme, harmonieux, apaisant, vert, silencieux… Et puis tout à coup apparaît dans le décor un groupe de canoës kayaks. Je découvre que ce coin du Doubs est aussi un spot rêvé pour les kayakistes puisque c’est l’unique stade de slalom de France entièrement naturel*.

pêche à Goumois

-> Les techniques à connaître

Mais retour à la pêche. Au Moulin du Plain, voici Patrick et Denis, des moucheurs habitués et amoureux fous des lieux. Ils viennent de Bourg-en-Bresse. Super équipés, le geste précis, on sent la concentration. Néanmoins, ils m’accueillent auprès d’eux sans chichis. Même pas besoin d’un très spirituel « Alors, ça mord ? » pour entamer la conversation. Le moucheur est convivial. CQFD. Ceux-ci en tout cas le sont tout particulièrement.  « On lit la rivière et on pense truite » m’explique l’un d’eux. La phrase est drôle et jolie, mais sur le coup, elle me laisse un peu perplexe. Ça doit se voir… Denis m’éclaire : « Par instinct, la truite calcule le delta entre l’effort qu’il lui faudra fournir pour gober une mouche et les calories que ce festin va lui apporter. Si l’effort est plus grand que le bénéfice, alors elle laisse tomber. A l’inverse, si en se mettant dans le courant, elle attrape son casse-croûte sans trop d’effort, là tu as des chances de l’attraper ».

Vu comme ça, ça paraît simple. En réalité, c’est bien plus compliqué évidemment. Il faut donc le bon endroit, le bon courant, le bon jour, la bonne lumière, la bonne heure, mais aussi le bon geste et la bonne mouche. Parce que notre truite est tout, sauf cruche ! Et le coup de la mouche sexy, dodue et appétissante à une saison ou une heure indues, très peu pour elle. Il n’y a pas que le pêcheur qui sait qu’il est ici au paradis de la truite. La truite aussi l’a compris… Et c’est là que la pêche devient vraiment un art.

pêche à Goumois

Ce soir-là, Denis et Patrick ont déployé tous leurs talents, leur savoir-faire et leurs plus belles nymphes, mais la truite a résisté. Ils sont bredouilles. « Peu importe, le plaisir c’est déjà d’être là. De passer des moments comme ça entre copains. C’est un endroit tellement magique. Bien sûr on se souvient de la grande époque où il y avait des gobages partout. Le coup du soir, d’ici jusqu’au pré plus bas, c’était un vrai feu d’artifice ! Aujourd’hui, la rivière est convalescente. Il faudra sans doute attendre des années avant de retrouver ce que l’on a connu, mais on sent qu’il y a déjà du mieux ».

 

-> Les bonnes adresses

pêche à Goumois

Pour le matériel et les cartes de pêche, rendez-vous à La Chipote, au centre du village. Et pour savourer une truite, les adresses ne manquent pas. Petite subtilité qui a son importance : côté Suisse, vous pourrez manger une truite tout droit sortie de la rivière puisque les pêcheurs ont le droit de vendre leur pêche et les restaurateurs de la commercialiser. Mais de ce côté-ci du Doubs, votre truite au bleu, aux amandes ou meunière viendra du vivier. Elle est délicieuse au demeurant. Comme au restaurant Le Savagnin où l’on accommode la truite d’une dizaine de façons.  Parce qu’en parler et la pêcher, c’est sympa, mais la manger, c’est drôlement bien aussi !

Et puis venir manger une truite à Goumois, The place to fish, faut reconnaître, c’est super stylé, comme dirait mon fils 😉

 

-> Plus d’informations

Le territoire du Doubs bénéficie de nombreux hébergements dotés du label Relais Saint-Pierre, label de qualité garantissant aux pêcheurs un accueil adapté à leur activité de prédilection. Pour plus d’informations sur ces hébergements labellisés, visitez : www.doubs.travel/peche.html

Informations pratiques: www.goumoispechesloisirs.fr

Canoë Kayak: www.goumois.evasion.free.fr

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.