Glisse estivale aux Monts Jura

“Montez s’il vous plait. Mademoiselle, devant et vous derrière madame. Attachez vos ceintures. Vous ne touchez à rien dans la montée, puis vous freinez en entrée de virage. Il y a des panneaux, vous verrez ”. Bon ben voilà, impossible de reculer, cette fois, on y est !

Tester la luge des 4 saisons sur rails au Col de la Faucille, c’est une idée de Louise, ma nièce chérie. Louise, 21 ans et peur de rien. “Mais si Tontanne, tu vas voir, ça va être super !” Si tu le dis ma chérie… Tontanne, c’est mon surnom dans cette famille. Pas très glamour, mais c’est un mot d’enfant à la base, alors on respecte.

 

luge-d-ete-visuel

 

Embarquement de l’équipage : une luge pour petits et grands

Mais retour à la Faucille. Nous embarquons donc dans notre luge orange, imbriquée l’une dans l’autre façon fourchettes à dessert dans un tiroir à couvert trop étroit.  Le feu passe au vert, et hop, c’est parti.  D’entrée de jeu, ça grimpe fort. Or selon toute vraisemblance, ce qu’on monte ici, à un moment ou à un autre, il va falloir le redescendre. Et à toute allure évidemment ! Ceci dit, dans la file il y avait des parents avec de jeunes enfants qui ne semblaient pas plus impressionnés que ça. Les parents je veux dire. Du coup, je me sens mieux. Et je finis presque par me détendre. Tandis que le système nous hisse le long du rail, je prends même plaisir à regarder le paysage. Les pistes de ski, les arbres, les gentianes. Et derrière nous, j’ose même jeter un œil pour découvrir une super vue sur la vallée de la Valserine.

 

luge-visuel

 

410 mètres de montée, 1 365 mètres de descente !

N’empêche, ça grimpe fort. “90 mètres de dénivelé” précise Louise qui a dû apprendre la page « Luge » du site web Stations des Monts Jura  par cœur, puisqu’elle poursuit doctement : “La montée fait 410 mètres et la descente 1365 mètres. Certaines pentes atteignent 37% et il y a une vrille à 540°”.

Même pour une pure littéraire comme moi, facile de se représenter la chose : 540°, ça fait un tour et demi. “C’est censé me rassurer tous ces détails techniques ?” “Un peu oui, tu dis toujours que tu aimes savoir où tu mets les pieds. Eh, regarde Tontanne, justement, la vrille, elle en face. Là, juste à notre à gauche…” Dans une grimace je lâche : “Super ! J’ai vraiment hâte d’y être ! Et si les freins lâchaient ? Et si on s’envolait ?” Bon, je sais, j’abuse un peu, mais ça fait rire ma nièce. Et du coup, moi aussi.

descente-luge

 

Virages, accélérations : c’est parti pour les sensations

Nous voilà au sommet. Et donc immédiatement dans la descente. Une pente douce pour commencer, puis un grand virage à gauche qui enchaîne sur un à droite avant d’attaquer la fameuse vrille. Les rails s’enroulent comme un escargot géant dans le vide. Je freine lorsque les pancartes indiquent de le faire, mais pas trop quand même et du coup, ça repart très vite. Ça tourne, ça vole, ça chavire, c’est génial ! J’adore !! Louise crie comme dans un grand 8. Sortie de l’escargot métallique, pas le temps de souffler, la luge poursuit sa course. Puis un nouveau virage à gauche, un autre à droite, on reprend de la vitesse, on traverse les sapins et les prés. Au dessus de nous une télécabine s’envole vers le sommet. Quelques virages encore, une dernière pente et déjà, la gare d’arrivée. “Dis ma Louisette, et si on s’en refaisait une petite ?”

Plus d’infos si vous aussi vous souhaitez faire de la luge : http://www.monts-jura.com/luge-sur-rails.html

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.