Le Bleu de Gex Superstar

Zébré de sillons bleus et verts, autant que de mystères, il est LE persillé des Montagnes du Jura.

-> La petite histoire du Bleu de Gex

Un fromage historique et de légende mais qui reste finalement assez confidentiel. Il est vrai que les ténors du genre, Roquefort et Bleu de Bresse en tête, ont une fâcheuse tendance à lui voler la vedette et prendre toute la place sur le plateau.

Il n’empêche, par ici, c’est une star. Une popularité qui ne date pas d’hier : on dit que Charles Quint, souverain de la région au XVIème siècle, en raffolait ! Mais là, je crains avoir quelques difficultés pour vérifier l’info.

Morceau de Bleu de Gex

 

L’origine du Bleu de Gex qu’on appelait alors Bleu de Septmoncel, remonterait au 14ème siècle et relève d’un secret de fabrication des moines de Saint Claude. Huit siècles plus tard, reste un fromage à pâte persillée élaboré à partir du lait cru des seules vaches Montbéliardes. Un fromage à la fois doux, crémeux et puissant de caractère, qui bénéficie d’une AOC depuis 1977.

Bleu de Gex, de Septmoncel, du Haut-Jura : ses appellations épousent les reliefs du massif où il est né et dont il évoque la couleur et l’intensité. Il se déguste cru ou chaud, en fondue, gratin ou même en raclette. Préparations auxquelles il apporte de subtiles saveurs de noisettes et de champignons. Légitime hommage à ses origines montagnardes !

Morceau de bleu de Gex

Mais une fois qu’on a dit tout ça, l’idéal, c’est quand même de le déguster, histoire de vérifier si on a les mêmes goûts que Charles Quint.

Souvent, il m’est arrivé de trouver le Bleu de Gex une peu…viril.

Pas le genre de fromage qu’on picore avant d’embrasser à pleine bouche son amoureux, si vous voyez ce que je veux dire !

Du coup, c’est souvent en cuisine que je lui sonne la parole.

Attention, ça ne veut pas dire que je boude mon plaisir d’une lichette en fin de repas avec un simple morceau de pain ! D’ailleurs à ce propos, je l’ai présenté il y a quelques jours à ma tribu avec un pain à la farine de châtaigne et aux figues et un verre de vin de paille. Atomique !

Mais revenons en cuisine…

-> Des recettes au Bleu de Gex à adopter

A l’apéritif, vous tranchez finement un pain d’épices (puis vous découpez chaque tranche en triangle parce que c’est joli !), vous toastez légèrement pour qu’il devienne craquant et vous posez dessus une tranche (fine elle aussi) de poire bien mûre et juteuse. Ensuite viennent le Bleu de Gex et un tour de moulin à poivre. Selon votre préférence, vous pouvez passer le tout sous le grill du four quelques minutes ou déguster froid. Apéritif toujours, je mélange le Bleu de Gex à du fromage blanc ou du yaourt pour faire trempette avec des dips de légumes. C’est light et délicieux.

Le Bleu de Gex toasts

Bleu de Gex

 

Après l’apéritif, que diriez-vous d’une petite salade ? Des endives, des noix, noisettes, bâtonnets de betteraves, des pommes et quelques dés de Bleu de Gex. On peut aussi mêler le bleu à la vinaigrette pour corser l’assaisonnement.

Le Bleu de Gex, c’est aussi un bel allié pour donner du peps et de la personnalité à une soupe. Si j’étais chic et branchée, je parlerais ici de topping. Sur un velouté de châtaignes, de légumes anciens et furieusement tendance (genre panais, courges butternuts et autres topinambours), de chou-fleur ou encore de cèpes, on émiette quelques menus morceaux de fromages, c’est délicieux. Idem sur les soupes glacées d’été comme le melon, la betterave ou la pastèque.

Simplissime, et pour changer du Comté, on mélange notre Bleu à une béchamel ou une sauce crème d’un gratin de légumes (chou-fleur, endives, courgette, côtes de bettes, pommes de terre), de gnocchis ou de pâtes.

Enfin, ma jolie copine Julie qui, comme moi, est aussi gourmande que régulièrement fâchée avec son pèse-personne et son jean étalon, me signale qu’elle réalise une sauce light avec un bouillon de volaille léger, de la crème allégée et du Bleu de Gex pour napper des escalopes de poulet vapeur. Le Bleu de Gex a un tel caractère qu’une toute petite quantité suffit à donner du goût à sa sauce. Un rapport volume/calorie imbattable !!

Enfin, il y a ce plat que mon fils adore : les pommes bleues ! Rien à voir avec les oranges bleues de Tintin (quoique), voilà un plat tout simple et qui fait chez nous l’unanimité.

Je vous explique et je vous montre…

Vous comptez une ou deux belles grosses pommes de terre par personne. Vous les lavez et les brossez. Ensuite vous les emballez individuellement dans du papier aluminium.

bleu 4

Vous les glissez ensuite 45 minutes dans le four préchauffé à 240° (Th 8).

Bleu

 

Elles cuisent doucement dans leur peau et vous laissent tout le temps de préparer de quoi les garnir. En l’occurrence, quelques échalotes émincées passées au beurre (je sais, ce n’est pas très Weight Watcher cette histoire, mais on comptera les points demain !), des lardons ou du bacon émincé, poêlés également, et quelques champignons frais, type champignons de Paris. Ensuite on ajoute le bleu de Gex en dés et on termine avec la crème (allégée ou non, selon votre degré de culpabilité et vos ambitions maillots de bain). Attention surtout pas de sel, mais du poivre selon votre goût.

Bleu de Gex préparation garniture

Une fois les pommes de terres cuites, on les sort du four, on les déballe du papier aluminium (attention, c’est super chaud !). On découpe un petit chapeau, on évide une partie de la chair avec une petite cuillère et on remplit du mélange au Bleu de Gex.

Bleu de Gex

Un petit aller-retour au four et hop, c’est prêt !

Bleu de Gex

Avec une salade et un verre de Ploussard : que du bonheur !

Bleu de Gex

-> Plus d’informations sur le Bleu de Gex

Sur le site : http://www.bleu-de-gex.com/

 

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.