Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle

Anne a testé pour nous les cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle à Nans-sous-Sainte-Anne.

-> Nans-sous-Sainte-Anne en quelques mots

Nans-sous-Sainte-Anne est un petit village situé dans le département du Doubs.

Lieux et monuments : Situé dans une reculée jurassienne caractéristique, on y trouve la résurgence d’un des réseaux spéléologique les plus vastes en France.

Depuis 2002, le village est équipé d’une via-ferrata, « les Baumes du Verneau »

Une taillanderie (forge fabricant des outils tels des faux) datant du XIXe siècle en parfait état de fonctionnement est visitable.

-> Les cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle

« En venant d’Ornans, à l’entrée du village, bien avant l’église, sur la droite, il y a une route, celle de Saraz. C’est juste ici, à l’embranchement, vous verrez. Vous posez votre voiture et je serai là. Au bout d’un petit chemin romantique… ». La route serpente entre prés et forêts, puis plonge dans le cirque minéral au creux duquel s’est lové Nans-Sous-Sainte-Anne.

En toute discrétion, un portique de bois blond affiche en lettres noueuses : « Château de Marquise Mirabelle ». J’y suis.

Je me gare sous une voute d’arbres centenaires. Mi humaine, mi ange, une étrange silhouette de bois s’est posée sur le sentier bordé de barrières dévorées de mousses et de lierre. L’exubérance végétale est étourdissante. Moi qui aime le vert, je suis comblée ! Puis, le chemin s’ouvre sur le Lison. Le vert cède alors la politesse au jaune lumineux des Caltha des marais au dessus desquels s’envole une gracile passerelle de métal : « Pont Mirabelle à Mirabeau ».

Cabanes dans les arbres a au Château Marquise Mirabelle pont Mirabelle à Mirabeau

Je me remémore les amours clandestines de Sophie, la jeune épouse du vieux marquis de Monnier, autrefois propriétaire des lieux, et du sulfureux Mirabeau. L’histoire raconte que l’illustre prisonnier du Château de Joux, obtenant les faveurs de ses geôliers par sa brillante éloquence, prenait souvent quelques libertés pour visiter sa jeune maitresse. Il finit même par s’enfuir avec elle à Amsterdam et lui faire un enfant. Scandale pour la jeune occupante de cette jolie demeure du 18e siècle dont le nom d’aujourd’hui s’inspire… Mais ça, c’est une autre histoire.

Cabanes dans les arbres

Retour au château dont voilà justement le propriétaire. Rien à voir avec le Marquis. Carlo est italien et tombé amoureux des lieux il y a quelques années, au point d’y poser sa vie et ses rêves :

–          « Bonjour Anne ! Venez, je vous emmène dans votre cabane ».

Le soleil baigne le parc, c’est un jour délicieux qui embaume le printemps.

Cabanes dans els arbres au Château Marquise Mirabelle, cabane au loin 2

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, cabane au loin

–          « Ici, c’est le Toi de Toi. La première cabane que j’ai construite. La plus haute aussi puisqu’elle est à 12 mètres du sol. Cet arbre est magnifique, c’est un épicéa d’Alaska. Il me fascine par sa majesté et sa taille. Au départ, cette cabane était pour moi. Aujourd’hui, je l’ouvre à mes hôtes. Une fois dedans, on est vraiment au cœur de l’arbre. Vous voulez voir ? »

Cabanes dans les arbres échelle

–          « Euhhh, oui. Mais c’est à dire que j’ai un peu le vertige. Et là, ça fait haut, non ? ».

–          « Il faut monter doucement… »

–          « Bien, vraiment doucement alors… ».

En réalité, je n’en mène pas large et je prends donc le parti de regarder toujours en haut. L’échelle de bois est un peu raide.

Premier pallier : ça va. Deuxième pallier : ça va toujours. Carlos passe devant moi pour aller ouvrir la trappe du troisième et ultime pallier. Celui où est installée la cabane. Et quelle cabane ! Un univers féérique entre les branches. On ne sait pas si on est à l’intérieur ou à l’extérieur de la cabane tant bois et végétal se mêlent. En fait, une fois là-haut, on est comme seul au monde. Même les bruits qui parviennent du bas sont différents. Et puis, une fois le vide dompté, il y a cette vue époustouflante sur le paysage alentours depuis la terrasse. Les falaises de Nans-sous-Sainte-Anne prennent toute leur dimension. La terrasse et la cabane enserrent le tronc de l’arbre. J’ai l’impression d’être Jack dans le haricot magique : au dessus de moi, les branches semblent grimper vers le ciel à l’infini.

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, vue du dessus

–          « On pourrait monter encore plus haut » me dit Carlo. D’ailleurs j’ai accroché au sommet de cet arbre une immense étoile que j’allumais quelquefois. C’était magnifique ».

Je ne suis pas certaine que je pourrais passer ici la soirée et la nuit. Quoique. Dans les bras de mon amoureux… Une autre fois peut-être.

C’est la redescente. Et ça se passe bien. Je me dis cependant qu’il faut juste ne pas oublier le pain pour habiter ici. Mais Carlo m’explique que le petit déjeuner est livré dans un panier qu’il suffit de hisser jusque là avec une poulie. Sans descendre donc. Vu sous cet angle…

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, déjeuner

Une fois sur la terre ferme, on se sent comme enraciné de nouveau. Le contraste entre le monde de l’arbre et celui du sol est saisissant.

Au pied de l’arbre, une minuscule table est dressée…

–          « C’est pour les elfes et les farfadets, ils se retrouvent ici parfois » m’explique Carlo.

–          « Bien sûr, c’est un bel endroit. Je les comprends… »

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, table farfadets

La balade se poursuit. Nous arrivons dans une autre partie du parc où Céleste et Pépito nous accueillent. Un lama très curieux mais un peu farouche, et un âne particulièrement affectueux et accorte.

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, Lama

Sur le pré, des troncs de bois dessinent des formes. Ecureuil, albatros, créatures fantastiques, vaisseaux imaginaires : on ne sait pas vraiment qui de la nature ou de l’homme en est l’auteur. « Il fallait que je m’entraîne à utiliser une tronçonneuse pour construire les cabanes, alors j’ai sculpté les arbres morts du parc ». Carlo me raconte cette passion des arbres et son rêve de gosse de construire un jour un galion. Chaque cabane est d’ailleurs équipée d’une ancre et d’une sirène « Elles sont prêtes pour voguer sur l’océan du ciel.

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle étang

D’ailleurs, je vais bientôt installer des hélices que j’ai fabriquées pour elles ». Etonnantes œuvres de bois créées par notre bâtisseur. Un bâtisseur d’instinct et d’ingéniosité qui a construit ses cabanes seul, au feeling, avec pour guide essentiel le bois lui même, ses courbes, ses nœuds, ses veines, ses anfractuosités. Si bien que chaque cabane est différente : Cy-près de Toî…de Soi, Toî de mes-Anges, au cœur des Saules rêveurs, l’âme de l’Hêtre… Et chacune raconte son environnement végétal : les cyprès de Louisiane et leurs étranges racines aériennes, les mésanges qui nichent dans les tilleuls, les longues branches des saules qui caressent la terrasse de leurs danses végétales, et enfin, dans un méandre de la rivière, l’hêtre pourpre.

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, dessous cabane

C’est là, perchée dans l’âme de Hêtre, que je me pose ce soir. A deux feuilles des oiseaux et aux premières loges des eaux transparentes du Lison… J’imagine d’ici les truites fario à l’affut, se fichant bien du ballet auquel se livre en surface les libellules, colverts et martin-pêcheurs. Sur la terrasse de la cabane, un petit banc, des tabourets et une table de bois brut composent la plus ravissante salle à manger qui soit. Je m’y vois déjà, à la nuit tombante, éclairée des rayons de lune et de quelques bougies… Magique !

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, petite table

Cabanes dans les arbres au Château Marquise Mirabelle, terasse

La porte ronde se devine à peine dans les sculptures naturelles qui composent la façade. A l’intérieur de ma maison de fée, je découvre un grand lit suspendu dans un cocon de bois blond.Quelques tablettes pour écrire, poser un livre, une lampe. Derrière une chemise de grand-mère en coton blanc, se dissimule astucieusement un cabinet de toilette. Justement, plus quelques minutes pour me rafraîchir et me faire belle avant l’arrivée de mon amoureux…

Cabanes dans les arbres du Château de Marquise Mirabelle, intérieur

-> Infos pratiques

A partir de 130,00 € la nuit (1 cabane pour 2 adultes et 2 enfants) avec petits déjeuners.

Le panier Diner de Bécassine (un rêve de gourmandise et de délicatesse !) est au prix de 50,00 pour 2 personnes (15,00 € supplémentaire par enfant).

http://www.cabanes-de-charme.com

-> Se rendre au Château de Marquise Mirabelle

Agrandir le plan

 

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.