Xavier Thévenard

Xavier Thévenard est Ultra Trailer,  il est le Vainqueur et recordman de l’UTMB 2014…

 

Xavier Thévenard

« Avec mon sport, j’ai voyagé dans quelques massifs montagneux du monde considérés comme éblouissants (Népal, Océan Indien, Scandinavie, les Alpes européennes dans tous les sens, la Corse), alors je suis bien placé pour dire qu’il n’y a pas mieux que les Montagnes du Jura, ‘’mes’’ Montagnes du Jura ! Je suis content de partir voir le monde, mais toujours très heureux de revenir !

Cet amour sur la montagne jurassienne, que je vis au quotidien, que je ressens en moi, je le puise à travers mes amis, mon travail, mon sport, toutes les activités que je pratique, et surtout dans mon enfance. C’est cela qu’on doit appeler des racines, non ?

 -> L’enfant du pays

Je suis né à Nantua et j’ai grandi aux Plans d’Hotonnes, dans l’Ain, sur le plateau du Retord. Je suis d’ailleurs toujours licencié au Ski-Club Valromey-Retord ! Mes parents tenaient jusqu’en 2011 la Grange des Plans, une belle auberge au pied des pistes. Mais ils étaient ouverts en permanence, et donc, nous quatre, mes deux frères Cyril et Jean-Marie, ma sœur Juliette et moi, nous étions tout le temps dehors, par n’importe quel temps.

Qu’est-ce qu’on a pu en faire, des cabanes dans les bois ! On chassait les insectes, on piégeait les vipères, on restait des heures à observer les fourmilières… Je me rappelle bien qu’en fait, on adorait surtout partir à la découverte des combes autour de la maison : on lisait les cartes avec attention, on analysait les courbes de niveau pour voir un peu où on allait mettre les pieds, et puis on partait à l’aventure. Comme ça, juste pour le plaisir !

-> Un sportif en devenir

Je n’ai jamais été bon en sport quand j’étais plus jeune, je n’étais pas devant dans les compétitions. Mais j’avais l’envie, je fonctionnais plutôt aux défis : ‘’je n’ai encore jamais réussi à faire les 20 km de la piste rouge des Plans en ski de fond, alors je les fais aujourd’hui’’. Puis plus tard : ‘’je vais faire toutes les pistes du Retord dans la même journée’’. L’été, en courant ou en vélo, je me faisais des itinéraires passant par tous les endroits que j’aimais, pour le plaisir des yeux et aussi pour la joie d’être arrivé à relever le challenge que je m’étais lancé !

Mon souvenir le plus précis remonte à la classe de 3ème et concerne le Grand Colombier, l’un des plus hauts sommets du massif (1 531 m). Je le voyais tous les jours depuis les fenêtres du collège d’Artemare et m’étais promis de le gravir par les 4 faces dans la même journée. Le jour J, je suis parti de chez moi en vélo. Ça faisait déjà 20 km à faire pour s’échauffer… Mais j’avais été un peu trop optimiste et j’ai eu un gros coup de fatigue avant de grimper la 4ème face. Alors j’ai décidé de rentrer chez mes grands-parents, à Hotonnes, mais ils n’étaient pas là et je me suis endormi dans leur jardin en les attendant. Quand je me suis réveillé, ils n’étaient pas encore rentrés, alors je suis reparti chez moi aux Plans, avec encore 7 km à faire…

Mon lien avec les Montagnes du Jura est donc tout naturel. Ça m’a toujours émerveillé, j’en rêvais la nuit. J’ai découvert les autres coins du massif quand je suis allé au Lycée Toussaint Louverture de Pontarlier, en section Biathlon. Pendant les voyages depuis les Plans, j’avais les yeux collés aux fenêtres de la voiture ou du train, je ne ratais rien des paysages que je traversais. J’ai même fait un jour l’aller-retour en vélo (160 km), pour en profiter vraiment !

A Pontarlier, j’y ai aussi développé un lien tactile et olfactif avec la montagne, puisque j’y ai obtenu un BEP Charpente et un Bac Pro Menuiserie. J’adore le contact noble avec le bois, l’odeur des résineux. Aujourd’hui, je suis très heureux dans mon travail de moniteur au centre de vacances « Espace Mont d’Or » aux Longevilles, surtout quand je suis affecté à l’accrobranche…

Je vais d’ailleurs le plus souvent travailler à pied ou en VTT : il suffit de passer le Mont d’Or, le sommet du Doubs. J’ai calculé que je le franchissais 80 fois par an, soit 1 fois tous les 4 jours ! Il fait évidemment partie de mon défi annuel : grimper au moins une fois chaque année tous les sommets du Jura, y compris Côté suisse.

-> Les Montagnes du jura terre de trail

Les Montagnes du Jura, c’est la variété, la variété des espaces, des pratiques, des climats, des couleurs… On vit pleinement les saisons, on ne se lasse jamais, on doit rester ouvert. C’est le message que je voulais faire passer cet été à Chamonix, à mon arrivée de l’Ultra Trail du Mont-Blanc : les Montagnes du Jura sont le terrain de jeu idéal des trailers. Seule la diversité de pratiques et de topographie permet d’acquérir toutes les capacités à devenir un bon trailer ou un ultra-trailer. Ne faire que la course à pied et de la muscu, ça ne rime à rien. Il faut faire aussi du ski de fond, du ski de randonnée, du VTT, du kayak, du roller, du ski-roues… on se blesse moins et le corps s’habitue aux changements et donc s’adapte mieux aux conditions extrêmes des trails.

C’est aussi le discours que je tiens à mes clients toute l’année, quand je leur explique où je vais les emmener et ce qu’ils vont y découvrir. Et je suis heureux comme un gamin quand je vois leurs réactions ! »

 

Montagnes du Jura
A propos de l'auteur :

Montagnes du Jura

Le collectif Montagnes du Jura rédige régulièrement des Paroles de Montagnon. Retrouvez tous ces témoignages sur le blog des Montagnes du Jura…



Voir les autres articles de cet auteur

Une commentaire sur “Xavier Thévenard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.