Vincent Gauthier-Manuel

Vincent Gauthier-Manuel est champion Olympique

Du bronze et de l’argent à Vancouver en 2010, du bronze, de l’argent et de l’or à Sotchi en 2014, 5 titres de Champion du Monde, 2 fois vainqueur de la Coupe du Monde et 6 fois Champion de France… A tout juste 28 ans, en descente, slalom, slalom géant, super combiné, en solo et par équipe, Vincent a un palmarès inversement proportionnel à sa discrétion.

Skieur handisport, il brille ainsi sur les pistes et les podiums du monde entier, portant noblement les valeurs du sport et de son pays au point d’être nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en avril 2014, dans une promotion spéciale Jeux Olympiques et Paralympiques de Sotchi.

Mais pas de quoi lui faire tourner la tête pour autant !

Dans la vraie vie, notre champion travaille chez Lacroix, une société d’emballage à Bois d’Amont, et vit dans ses chères Montagnes du Jura. Rencontre.

Remise de la médaille d'or à Vincent Gauthier-Manuel lors des Jeux Olympiques de Sotchi

-> Né dans les Montagnes du Jura, d’accord. Mais pourquoi y rester quand on est un tel champion de ski de descente ?

Les Gauthier sont originaires des Jouvencelles depuis 3 générations, autant dire que l’on est très ancrés dans ce pays. Je voyage beaucoup, c’est vrai, mais à chaque fois, je suis content de rentrer chez moi. C’est convivial, tout le monde se connaît, c’est rassurant, il y a de l’entraide. Sur le plan sportif, je suis très suivi et soutenu, même par une population plutôt de culture nordique. Du coup, je m’entraine souvent avec des gens du coin ; d’autant que je publie sur Facebook mes sessions d’entrainement !

 

-> Qu’est-ce qui distingue les Montagnes du Jura, ce qui fait leur « truc en plus » ?

Ce sont des petites montagnes mais on y fait du bon ski. On peut toucher à plein d’autres sports, croiser les sensations qu’offrent toutes les disciplines. Et puis surtout il y a un bon esprit. On ne se tire pas dans les pattes. On entretient le lien entre nous, dans notre génération, et avec les anciens.

 

-> Quel est le trait de votre caractère le plus « Montagnon du Jura » ?

Je suis obstiné, têtu, un peu bougon… en fait, je suis ce qu’on appelle ici un « ronnu ». Ce n’est pas un truc qui s’écrit, donc il n’y a pas vraiment d’orthographe ; ça doit venir de ronchonner… Mais au final, les choses finissent rapidement par s’arranger et les montagnons sont toujours contents. En équipe de France, je suis le jurassien de service. Je crois aussi que dans nos montagnes on est discrets. On fait plus parler par nos actes qu’en donnant de la voix. On fait d’abord la course et on cause ensuite. C’est la même chose pour Aurore Jean et Jason Lamy-Chappuis .

 

-> Quel est votre endroit préféré dans les Montagnes du Jura ?

J’en ai plusieurs. La Chaînes des Monts Jura quand le temps est dégagé, j’adore ! Et puis le Pic de l’Aigle dans la Région des lacs. Si je devais partir d’ici pour une raison ou pour une autre, je garderais un pied à terre dans le coin. Je n’imagine pas ne plus voir ces paysages là, ressentir cette ambiance là.

 

-> Quel serait votre rêve pour les Montagnes du Jura ?

J’aimerais beaucoup faire découvrir mon pays à l’international. Pas seulement l’aspect sportif, mais tout ce qui fait nos montagnes. Le coq au vin jaune et aux morilles par exemple. C’est emblématique et délicieux. Une fois par an avec mes copains, on s’en prépare un magistral. Je veux bien vous donner la recette…mais certainement pas mes coins à morilles ! Il y a aussi ces événements que j’essaie de ne jamais rater : la Coupe du Monde à Chaux-neuve, pour l’ambiance et les exploits des copains. Et puis, chaque 15 août, la fête de l’Abonde à Lamoura. Nos montagnes sont aussi un paradis pour le golf. D’ailleurs nous organisons une compétition les 8 & 9 août 2014 sur les deux golfs des Rousses. L’occasion de retrouver des copains et quelques personnalités. Mais les Montagnes du Jura, pour moi, c’est aussi les rencontres. Des gens vrais, sincères et audacieux. Mes patrons par exemple : de vrais sportifs, très discrets, qui pourtant dirigent une multinationale. Pour moi, ils incarnent pleinement cet esprit jurassien.

 

Vincent Gauthier-Manuel s'illustrant dans l'épreuve de descente Paralympique

-> Après une compétition internationale où vous tutoyez les sommets montagneux et de la gloire, vos Montagnes du Jura ne vous semblent-elles pas un peu plates ?

C’est vrai, on voit des trucs grandioses, comme à Sotchi où la démesure s’exprimait dans tous les sens du terme. Mais ici, c’est petit, c’est mignon et surtout, c’est chez moi. Pour allez loin, il faut maitriser ce que l’on fait et ne jamais oublier d’où l’on vient.

 

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Une commentaire sur “Vincent Gauthier-Manuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.