Un jour de juillet au Crêt de Chalam

Dans les Montagnes du Jura, ça marche bien…

Shorts, tee-shirts, sacs à dos légers et chaussures ad hoc : sous la direction du chef des grandes manœuvres de nos randonnées estivales (mon délicieux beau-frère), toute la famille est ainsi équipée pour rallier le sommet de celui qui, depuis le début de notre séjour à La Pesse, nous nargue de sa haute silhouette : le Crêt de Chalam. 1545 mètres s’il vous plaît.

-> Le Crêt de Chalam

Culminant à 1545 mètres d’altitude, le Crêt de Chalam prend la forme d’un sommet pointu, visible depuis de nombreux belvédères des Montagnes du Jura, et à son sommet vous attend une vue imprenable sur le massif.

->Le refuge du Berbois

Sur le topoguide, le parking recommandé aux vaillants assaillants du vert et du calcaire, surplombe la Combe de Berbois. C’est donc là que débute notre rando.

La route descend et serpente joliment entre les sapins, jusqu’à ladite Combe. Au creux d’un étroit vallon encadré de pré-bois, une ferme de pierres, des chevaux, des ânes, un tipi… Il flotte ici comme un air de western. Au point qu’à ce moment là de l’histoire, je ne serais pas surprise de croiser Buffalo Bill sur son cheval, voire la famille Ingalls toute entière dans sa calèche ! Mais loin de l’Iowa ou du Wisconsin, nous sommes en fait beaucoup plus à l’est, au Refuge du Berbois, sous-titré No Made Attitude. Une étonnante étape et résidence culturelle. Je me dis que nature et culture font plutôt bon ménage ici !

Une journée de Juillet au crêt de Chalam : Le Berbois

Sous un auvent de toile beige, une vaste terrasse en bois équipée de chaises longues me fait un langoureux clin d’œil et titille mon gène de la paresse, très sensible en ce début d’après-midi de grand soleil. Mais ma tribu me rappelle bien vite notre sportif objectif du jour. Et selon la bonne règle qui veut que tout ce qui se descend se remonte ensuite, la route grimpe gentiment pour atteindre un haut lieu de l’histoire du massif et de France : la Borne aux Lion.

-> La Borne au Lion

Cette pierre aussi discrète que célèbre, est classée monument historique. Elle a été posée en 1613 au lieu-dit les Magras, au sommet d’un col culminant à 1289 m afin de séparer le Royaume de France et celui de la Bourgogne Espagnole, et de réfréner les ardeurs parfois belliqueuses des conquérants de ces terres encore vierges.

Un jour de Juillet au Crêt de Chalam : La Borne au Lion

Aujourd’hui, elle marque la séparation entre les départements de l’Ain et du Jura, et donc entre la Franche-Comté et Rhône-Alpes. Autre épisode épique de notre borne, en juillet 1944 lorsque 3000 combattants des maquis du Haut-Jura et de l’Ain s’y installent pour combattre les troupes allemandes. Le mémorial Romans-Petit, du nom du commandant du maquis rappelle cette page héroïque de la Résistance.

-> L’ascension du Crêt de Chalam

La route laisse à présent place à un sentier qui bien vite s’insinue dans les sous-bois. Maman infatigable rando-botaniste, s’extasie et mitraille de son mini Nikon le bleu des chardons, le rose délicat des lys martagon, l’exubérance de la berce. Du vert sur tous les tons, des feuilles de toutes les formes et toutes les tailles, des fleurs par milliers : outre qu’elle est très photogénique, cette luxuriance chlorophylle rafraichit la balade.

Un jour de juillet au Crêt de Chalam, fleur

 

Bientôt le chemin rétrécit et prend encore quelques degrés de dénivelé positif. Du coup, le rythme des troupes ralentit tandis que les perles de sueur redoublent d’intensité sur nos fronts écarlates. C’est là aussi que mes neveux commencent à ronchonner à cause des gros cailloux qui envahissent le sentier et les obligent à regarder où ils marchent. Je me retiens de les imiter, mais chut… La végétation imperceptiblement se transforme.

Vers le Crêt de Chalam

Ça tourne, ça grimpe, ça se complique et puis, tout à coup, le rideau d’arbres s’ouvre sur une clairière immense en surplomb d’un incroyable panorama.Nous sommes sous le Crêt, à 1490 mètres d’altitude. Au-delà des hautes herbes parsemées de berces et de centaurées, émerge un vertigineux sentier stabilisé de rondins pour gravir les derniers mètres. Finalement, il se mérite ce joli sommet !

Un jour de juillet au Crêt de Chalam, en haut du crêt de chalam

Un jour de Juillet au Crêt de Chalam, pause

Mais le spectacle est à la hauteur des efforts déployés pour l’atteindre. Le Crêt de la Neige, celui du Merle, l’anticlinal des Monts-Jura, la Vallée de la Valserine, le col de l’Encoche… Une vraie leçon de géographie jurassienne s’étire sur 360°.

La redescente ? Tout en douceur… d’autant que cette fois, nous y avons droit à notre pause, sur cette si belle terrasse du Berbois. D’ailleurs, c’est là que j’ai donné rendez-vous à Buffalo Bill.

Un jour de Juillet au Crêt de Chalam Le Berbois

 

-> Se rendre au Berbois

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.