Week-end à deux au Manoir des Montagnes

“Ma chérie, j’ai envie d’un petit week-end, juste nous deux. Les enfants ne sont pas là, nos vacances d’été sont déjà loin et les prochaines encore plus loin, or ça nous ferait vraiment du bien de changer d’air. Tu crois que nous pourrions trouver une chambre pour demain soir ou samedi ? Un bel endroit. Romantique, dépaysant, à deux ou trois heures de voiture de la maison. Quelque chose de sympa avec une jolie table pour dîner. Tu vois l’idée ? ”

L’idée, je la vois bien et je la trouve d’ailleurs excellente, mais nous sommes jeudi après-midi et le week-end, c’est déjà demain. Je passe donc immédiatement en mode moteur de recherche « chambre de charme et table gourmande » dans un rayon de 200 km autour de chez nous. La proposition est séduisante et je suis très motivée. Donc super efficace ! Résultat : Google et moi sommes en phase.

Le choix évident

Une destination s’impose rapidement : les Montagnes du Jura. Et une adresse me vient immédiatement à l’esprit : le Manoir des Montagnes à Bois d’Amont, sur la Station des Rousses. Je suis passée par là il y a très longtemps, ça s’appelait encore Le Chamois. A l’origine c’était une vaste ferme posée au pied du Noirmont et d’une petite piste de ski, entre prés-bois et pâturages. Une ferme devenue relais-routier dans la plus pure tradition du genre jusqu’à ce que le nouveau propriétaire transforme complètement l’établissement en décembre 2015. J’ai vu des images et lu des articles sur cette stupéfiante rénovation. Quelques pages feuilletées sur le site web finissent de me convaincre : je passe un coup de fil. “Il me reste une seule chambre ; libre pour demain soir uniquement. C’est même une suite. Mais je vais vous faire quelque chose”. La voix est charmante, enjouée et correspond tout à fait à l’idée de douceur et de convivialité que je me fais des lieux. Je réserve.

manoir-montagnes

2 golfs, 18 trous

Mon amoureux est enchanté de cette trouvaille de dernière minute. Je lui montre une ou deux images, lui délivre au compte-goutte des informations sur notre destination, mais je garde au chaud quelques surprises. Notre sur-classement en suite, l’appétissante carte du restaurant et le fait que le Manoir des Montagnes dispose devant sa porte de 36 trous. Autrement dit, deux golfs 18 trous. Pour un fan absolu de la petite balle blanche, c’est une situation absolument exceptionnelle. Difficile de cacher deux sacs de golfs dans un coffre de voiture, donc au moment de partir, je lui dis me souvenir vaguement de la présence d’un golf dans le secteur. « 9 trous ? 18 trous ? Tu en sais plus ? » Je reste évasive. Mais je jubile… Nous papotons, la route passe vite et découvrons bientôt ledit Manoir.

 

Arrivée dans le nid douillet

A l’accueil, je reconnais la voix de la réservation téléphonique. C’est Vincent Clergeot. Le propriétaire des lieux. Encore plus agréable et chaleureux en vrai. Nous tombons immédiatement sous le charme du hall d’entrée. Une ambiance très boudoir, qui contraste avec l’allure extérieure de la bâtisse et l’idée même que l’on se fait d’un hôtel-restaurant dans les Montagnes du Jura. Les couloirs sombres sont à l’unisson du décor feutré de l’entrée.

 

manoir-des-montagnes

 

De quoi mettre d’autant plus en lumière notre chambre -la suite Rose Lacroix-. L’une des 11 chambres et suites douillettes de la maison. “Mais c’est très grand ! Et quel calme. On entend juste les clarines des vaches. On va être très bien je crois ” me souffle mon amoureux. Le temps de poser nos affaires et prendre possession des lieux, il est déjà l’heure de passer à table.

 

bibliotheque-manoir-des-montagnes

 

Nous traversons la très étonnante « bibliothèque » qui reprend les codes boudoir baroque portés ici par un spectaculaire trompe-l’œil qui court sur les murs où s’alignent des centaines de vrais-faux livres en bois peint. Un décor magnifique ponctué d’un bestiaire fantastique et plein d’humour où rivalisent d’élégance un coq collet-monté et une abeille couronnée d’or. Cette ambiance singulière est signée du complice de Vincent, l’artiste David Lorusso di Mistri. Plus sage, mais très chaleureuse elle aussi, la salle à manger s’ouvre sur les œuvres et lumières mouvantes de Dame Nature qu’encadrent de vastes fenêtres. Dehors justement on aperçoit un adorable chalet de poupée : “C’est une chambre aussi, mais elle n’était pas libre ce soir. Sur la terrasse, il y a un même spa. A tester aussi en hiver, quand il y a de la neige” précise Vincent. Mon chéri lance un très enthousiaste : “Obligés de revenir !”

le-manoir-des-montagnes-spa

Plaisir au bout de la fourchette

Dans nos assiettes, les plaisirs de cette belle adresse se prolongent avec un délicat carpaccio de Saint-Jacques à la mangue, un foie gras généreux servi avec une brioche juste tiède puis un filet de bœuf Black Angus aux morilles, Jura oblige “J’hésite : cœur coulant au chocolat ou tarte aux fruits de saison pour le dessert ?” “Les deux ! Un chacun et on partage”.

 

restaurant-manoir-des-montagnes

 

La nuit qui suit tient toutes ses promesses de grand calme dans cette douce combe du Haut-Jura. En ouvrant les rideaux le samedi matin, le soleil est là. “Ce serait un temps parfait pour taper quelques balles, non ? Sur la route hier, j’ai cru voir un panneau indiquant un golf. Tu crois qu’il y en a un par ici ma chérie”. “Un golf, non. Mais deux oui ! Deux 18 trous, à deux minutes d’ici…”. Mon amoureux n’y croit pas. Et tandis que nous prenons un petit déjeuner royal dans la drôle de bibliothèque, Vincent lui confirme qu’il y a bien 36 trous devant chez lui : Le Rochat et le Mont Saint-Jean. Deux bonnes raisons (de plus !) pour revenir ici bientôt !

 

manoir-des-montagnes-vue

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.