C’est tellement bien d’être en bons thermes

Tout beaux, tout neufs, les thermes de Salins-les-Bains ont rouvert leurs portes en février 2017. Et les avis (entendez ici la presse, les réseaux sociaux et surtout mes copines) sont unanimes : ThermaSalina, c’est top. Il est grand temps que je teste. Je m’offre donc un après-midi spa rien qu’à moi.

 

Direction Salins- les-Bains

Impossible de manquer le nouvel établissement perché à l’entrée de la ville (à l’entrée si on arrive d’Arbois, Dole ou Besançon). Je gare ma petite auto et hop, me voici devant le bâtiment. Et quel bâtiment ! Toit plat, du blanc pur et du gris mat, longiligne, ultra contemporain, bref : magnifique.

Therma salina

 

Je pousse la porte… et je jubile déjà !

A l’accueil, je donne mon nom à une charmante jeune femme. « Vous avez réservé des soins d’hydrothérapie, et plus précisément une Escale Relaxation n’est-ce pas ?” Avec bonheur, je confirme. “C’est donc un massage sous eau salée, un hydrobain, une douche au jet et enfin une application de boue. Bien sûr, avec cette formule, vous avez accès à l’espace thermoludique. Vous pourrez profiter du bassin d’eau salée avec bains à remous et jets massant, du sauna, du hammam et du caldarium”. La jeune femme me remets une carte d’accès aux vestiaires, un peignoir et une serviette. Autant dire un passeport pour le paradis. A moi la douce escale !!

therma salina

 

Espaces bien-être

Des cabines spacieuses pour se changer et un système de casiers électroniques pour ranger mes petites affaires, ça commence plutôt bien. Et ça se confirme lorsque je trempe le bout de mes orteils dans le Caldarium. Un bassin d’eau chaude qui nous vient des romains. Celui-ci est à 37°, naturellement salé pour détendre mes petits muscles et soulager mes douleurs. Ce petit pincement qui me titille les cervicales par exemple…

pieds-therma-salina

 

Juste en face, voici le hammam et les saunas. L’un à 75° et l’autre à 85°. Entre les trois, un jet d’eau fraiche s’impose. Et puis allez, encore quelques minutes dans les eaux tièdes du Caldarium. Je poursuis mon exploration et mes expérimentations de l’espace thermoludique dans le vaste bassin. Quelques brasses pour atteindre les bains à remous et les cols de cygne sous lesquels je me laisse avec délectation masser les épaules, le dos, les reins et mes chères et si délicates cervicales.

therma salina

Au-delà du bien-être ressenti, l’endroit est superbe. Lumineux. Les vastes baies vitrées s’ouvrent sur la nature environnante et les pentes boisées du Fort Saint-André. Il est presque l’heure de mes soins. Encore quelques brasses et je regagne Therm’Hydro. Sur le sol sombre, des traces blanches de pas témoignent de la haute teneur en sel des eaux qui alimentent ces installations thermales. Au mur, des photos de Salins montrent justement les puits et les salines d’où s’écrit depuis des millénaires l’histoire des lieux.

 

Des soins aux petits soins

J’entre dans une cabine. Une dame m’invite à m’allonger sur une table de massage au-dessus de laquelle est suspendu un système de douche. Massage sous affusion donc. Et par un kinésithérapeute s’il vous plait. Un soin phare de Therma Salina. La combinaison massage/eau salée tient toutes ses promesses. Un cocktail vraiment décontracturant. Ensuite, je plonge dans un bain. Étonnamment jaune. “ C’est normal, ne vous inquiétez pas. Cette eau puisée dans la source des Cordeliers a une très forte teneur en sel. Quasiment comme la Mer Morte !” Pour autant, je ne flotte pas. Une histoire d’Archimède et de volumes d’eau j’imagine ;-).

 

bain therma salina

 

Encore des massages, mais par des jets sous-marins cette fois. Le dos, les jambes, le dos, les jambes, etc… Une alternance bienfaisante et antalgique. Séquence suivante : la douche au jet. Six minutes sous haute-pression (mais positive la pression !) pour stimuler la circulation sanguine et les muscles. Enfin, mon escale s’achève par une illutation. Traduisez : une application de boue thermale chaude à 50°C. En l’occurrence, un alliage d’argile et d’eau thermale salée. Délicieux… Je voudrais que ça ne s’arrête jamais. Et pourtant, voilà plus de 3 heures déjà que je suis dans cette bulle. Mes copines avaient raison : c’est vraiment top ! Je me sens toute neuve. Alors avant d’en sortir pour retrouver ma voiture et la vraie vie, je repasse auprès de la petite dame du début de mon histoire. Objectif : lui réserver une autre escale dans un mois. Pour mon amoureux et moi cette fois.

 

Plus d’informations

Téléphone : 03 84 73 04 63
www.thermes-salins.com

Anne
A propos de l'auteur :

Anne

Ce qu’elle aime:  les belles histoires ! Rencontrer des gens, les écouter, comprendre leurs métiers, leurs passions, leurs vies, leur pays. Elle est aussi une fan de pique-nique. Elle aime poser sa nappe à carreaux dans une « salle à manger » grandeur nature. Anne aime se promener dans les villes, les mains dans les poches et le nez au vent. Elle aime aussi déguster des produits et des plats à l’endroit où ils naissent : un vin dans sa parcelle, un fromage dans sa cave d’affinage, un chocolat raconté par le chocolatier…etc. Les jolis décors et les belles maisons (hôtels, restaurants et chambres d’hôtes)

Ce qu’elle n’aime pas: la foule, le bruit des mobylettes, les appareils électroménagers…Les gens ronchons et blasés, qui ne s’émeuvent ni ne s’émerveillent de rien.

Son hobby insolite:  ne pas en avoir… sinon cultiver la gourmandise au point que les vignobles et spécialités culinaires guident souvent ses choix de voyages ou d’escapades. Et puis aller aux champignons sans pouvoir s’arrêter d’en cueillir. Ne le dites pas au garde-chasse !

Son meilleur souvenir dans les Montagnes du Jura: Une joyeuse semaine de vacances d’été avec sa tribu dans une ferme des Bouchoux. Un pique-nique nocturne et sous les étoiles avec un géologue qui lui a conté l’origine du massif entre deux gorgées d’un excellent Poulsard à température idéale.

Son  endroit préféré dans les Montagnes du Jura Voilà une question difficile. Un lieu est attaché à un souvenir, à une rencontre, à un événement. Et donc elle n’a pas un endroit préféré, mais une centaine ! Mais si elle ne devait en citer qu’un, ce serait peut-être les paysages si joliment vallonnés du côté des Molunes et de Bellecombes.



Voir les autres articles de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.